Championnats

Bryson DeChambeau épinglé pour son jeu lent – Golf – PGA Tour


Tout est parti de deux vidéos, captées par les caméras du PGA Tour lors du deuxième tour du Northern Trust, vendredi dernier. Dans la première, Bryson DeChambeau met plus de trois minutes à jouer un coup d’approche d’une soixantaine de mètres, certes pas rendu facile par une position anodine.

Mais la deuxième est encore pire. Sur un des greens du Liberty National, la caméra suit pendant plus de deux minutes l’Américain, préparant son putt pour birdie de 2m50. « BDC » ouvre son carnet de putting, le referme, lit sa ligne, rouvre son carnet, relit sa ligne, revient à sa balle, la place, se décale, discute avec son caddie, prend la ligne avec son putter, effectue sa routine plusieurs fois… Et rate le trou.

Le tout sous l’oeil désabusé de ses partenaires de jeu, Tommy Fleetwood et Justin Thomas. Une scène qui a déclenché l’ire de ses autres collègues du circuit américain, excédés par les agissements du n°8 mondial (25 ans), quintuple vainqueur sur le PGA Tour :

« Tout ça pour une erreur de lecture de deux trous… »

« Andrew (un internaute), je suis désolé que tu aies arrêté de regarder le PGA Tour. Il y a un petit nombre de joueurs qui manquent sans cesse de respect à leurs collègues en continuant d’enfreindre les règles. Cela devrait être réglé par les joueurs eux-mêmes mais, à l’évidence, ce n’est pas prêt d’être le cas… Je suis tellement déçu que ça n’ait pas encore cessé. »

« Au Masters (2013), un jeune chinois (Guan Tianlang) avait reçu un coup de pénalité pour jeu lent. Il était amateur ; cette règle ne s’applique donc pas aux joueurs professionnels ? Les 40 secondes devraient être respectées. Allez la PGA, mettez des coups de pénalité, cette règle est faite pour ça. »

Le plus cinglant étant très certainement Eddie Pepperell, qui n’a pas hésité à qualifier de « crétin » son homologue américain (il s’est depuis excusé pour ce « terme inutile »).

« Regardez Tommy (Fleetwood) et Justin (Thomas), les deux ont l’air de s’ennuyer profondément. Les joueurs lents qui font subir ça à leurs partenaires rendent le jeu moins agréable. Le problème est que ces gens, un crétin têtu et insensible dans le cas présent, ne se préoccupent pas beaucoup des autres. »

DeChambeau répond, le PGA Tour aussi

Invité à se défendre samedi après une nuit passée dans l’oeil du cyclone, Bryson DeChambeau a invoqué des « circonstances atténuantes » pour ces coups ayant nécessité « plus de temps ». « Quand les gens commencent à parler de mon prétendu jeu lent, qu’ils disent que je tue le golf, que je fais ci ou ça, c’est vraiment du grand n’importe quoi. Et surtout, ce n’est pas juste. »

Dans un communiqué diffusé dimanche, le PGA Tour a annoncé qu’il étudiait l’idée de modifier sa politique autour du jeu lent, notamment en étendant les règles de pénalité aux joueurs dont la partie n’est pas en retard, mais qui prennent un « temps excessif à jouer leur coup ». En outre, le circuit n’exclurait pas la possibilité « d’infliger des amendes supplémentaires et d’imposantes pénalités. »

Rappelons que, même si BDC est l’un des étendards du jeu lent et a été pris pour bouc-émissaire ce week-end, le fléau du jeu lent est plus global et s’étend à la plupart des circuits mondiaux, y compris chez les jeunes et les amateurs.

Une actualité autour du golf en temps réel, la revue de presse de l’ensemble des sites de golf en France, c’est sur Social Fairways.

Aller sur le site de l’actualité golf de l’équipe

Voir plus

Paul

Paul, joueur occasionnel dans le sud de le France, passionné par le golf depuis plus de 10 ans. Recherche pour vous les informations les plus pertinentes dans les championnats et sur le matériel de golf.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Fermer